. .

  : :  .  . 5   20   . . . amani
. .

 | 
 

 Pomes Miss Lee Gyong-su - n 001

         



avatar

: 164
: 19
: algerie
/ :
:
5 :
4 :
6 :
: 3467
: 21
: 03/03/2009

: Pomes Miss Lee Gyong-su - n 001    15, 2010 8:53 pm

bonjour/bonsoir: a tout le monde

Rcit par Lee Gyong-su

J'ai cru pouvoir briser la profondeur l'immensit
Par mon chagrin tout nu sans contact sans cho
Je me suis tendu dans ma prison aux portes vierges
Comme un mort raisonnable qui a su mourir
Un mort non couronn sinon de son nant
Je me suis tendu sur les vagues absurdes
Du poison absorb par amour de la cendre
La solitude m'a sembl plus vive que le sang
Je voulais dsunir la vie
Je voulais partager la mort avec la mort
Rendre mon cur au vide et le vide la vie
Tout effacer qu'il n'y ait rien ni vitre ni bue
Ni rien devant ni rien derrire rien entier
J'avais limin le glaon des mains jointes
J'avais limin l'hivernale ossature
Du vu de vivre qui s'annule.

Tu es venue le feu s'est alors ranim
L'ombre a cd le froid d'en bas s'est toile
Et la terre s'est recouverte
De ta chair claire et je me suis senti lger
Tu es venue la solitude tait vaincue
J'avais un guide sur la terre je savais
Me diriger je me savais dmesur
J'avanais je gagnais de l'espace et du temps
J'allais vers toi j'allais sans fin vers la lumire
L vie avait un corps l'espoir tendait sa voile
Le sommeil ruisselait de rves et la nuit
Promettait l'aurore des regards confiants
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
Ta bouche tait mouille des premires roses
Le repos bloui remplaait la fatigue
Et j'adorais l'amour comme mes premiers jours.
Les champs sont labours les usines rayonnent
Et le bl fait son nid dans une boule norme
La moisson la vendange ont des tmoins sans nombre
Rien n'est simple ni singulier
La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
La fort donne aux arbres la scurit
Et les murs des maisons ont une peau commune
Et les routes toujours se croisent.
Les hommes sont faits pour s'entendre
Pour se comprendre pour s'aimer
Ont des enfants qui deviendront pres des hommes
Ont des enfants sans feu ni lieu
Qui rinventeront les hommes
Et la nature et leur patrie
Celle de tous les hommes
Celle de tous les temps.






....................................................
2


La Jeune Captive

Andr Chnier Odes
Rcit par Lee Gyong-su du lyce des langues trangres de Daejeon
- cet travalle est pour notre site assil forum -


L'pi naissant mrit de la faux respect;
Sans crainte du pressoir, le pampre tout l't
Boit les doux prsents de l'aurore;
Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui,
Quoi que l'heure prsente ait de trouble et d'ennui,
Je ne veux point mourir encore.

Qu'un stoque aux yeux secs vole embrasser la mort,
Moi je pleure et j'espre; au noir souffle du nord
Je plie et relve ma tte.
S'il est des jours amers, il en est de si doux!
Hlas! quel miel jamais n'a laiss de dgots?
Quelle mer n'a point de tempte?

L'illusion fconde habite dans mon sein.
D'une prison sur moi les murs psent en vain,
J'ai les ailes de l'esprance;
Échappe aux rseaux de l'oiseleur cruel,
Plus vive, plus heureuse, aux campagnes du ciel
Philomle chante et s'lance.

Est-ce moi de mourir? Tranquille je m'endors,
Et tranquille je veille, et ma veille aux remords
Ni mon sommeil ne sont en proie.
Ma bienvenue au jour me rit dans tous les yeux;
Sur des fronts abattus mon aspect dans ces lieux
Ranime presque de la joie.

Mon beau voyage encore est si loin de sa fin!
Je pars, et des ormeaux qui bordent le chemin
J'ai pass les premiers peine.
Au banquet de la vie peine commenc,
Un instant seulement mes lvres ont press
La coupe en mes mains encor pleine.

Je ne suis qu'au printemps, je veux voir la moisson;
Et comme le soleil, de saison en saison,
Je veux achever mon anne.
Brillante sur ma tige et l'honneur du jardin,
Je n'ai vu luire encor que les feux du matin:
Je veux achever ma journe.

O mort! tu peux attendre; loigne, loigne-toi;
Va consoler les curs que la honte, l'effroi,
Le ple dsespoir dvore.
Pour moi Pals encore a des asiles verts,
Les Amours des baisers, les Muses des concerts;
Je ne veux point mourir encore!

Ainsi, triste et captif, ma lyre toutefois
S'veillait, coutant ces plaintes, cette voix,
Ces vux d'une jeune captive;
Et secouant le faix de mes jours languissants,
Aux douces lois des vers je pliai les accents
De sa bouche aimable et nave.

Ces chants, de ma prison tmoins harmonieux,
Feront quelque amant des loisirs studieux
Chercher quelle fut cette belle:
La grce dcorait son front et ses discours,
Et, comme elle, craindront de voir finir leurs jours
Ceux qui les passeront prs d'elle.
    



avatar

: 164
: 19
: algerie
/ :
:
5 :
4 :
6 :
: 3467
: 21
: 03/03/2009

: : Pomes Miss Lee Gyong-su - n 001    15, 2010 9:01 pm

Dsol le premier Pome rcit par mademoiselle Cho Hoe-Jung, du lyce fminin de langues trangres Ehwa
    



avatar

: 346
: 43
:
/ :
:
5 :
4 :
3 :
3 :
: 3453
: 29
: 01/12/2009

: : Pomes Miss Lee Gyong-su - n 001    16, 2010 3:26 pm

merci mon cher amis
    
    http://assil.yoo7.com
 
Pomes Miss Lee Gyong-su - n 001
          
1 1
 
-
»  WinRAR 3.90 Beta 1

:
 ::   ::  :: discussions-
 
» ╣ idm 5.15 beuld 6+Keygen+patch +
29, 2017 1:23 pm  gaetan

»  ( ) 1
14, 2016 10:32 pm  slim2011

» |||| [► ◄] ||||
05, 2016 10:01 pm  

»  ║ ║ !◄ ►!
05, 2016 7:34 pm  

»  hjsplit
05, 2016 7:11 pm  

» 
28, 2015 12:03 am  sndes39

»  ......
19, 2015 12:20 pm  

» 
19, 2015 12:20 pm  

» 
19, 2015 12:19 pm